vendredi 25 novembre 2016

Rivages un film poignant sur les SDF

Rivages un film de Simone Fluhr

Que peut bien vouloir dire vivre à la rue ?
Depuis tant de temps et par tous les temps ?
Ils s’appellent Johnny, Monique, Jean-Luc.
Ils comptent parmi les innombrables silhouettes anonymes
qui hantent nos cités. Et si on prenait le temps de nous arrêter
auprès d’eux pour faire connaissance ? 
DORA FILMS SAS EN COPRODUCTION AVEC ALSACE 20  et VOSGES TÉLÉVISION 
LE SOUTIEN DE LA RÉGION GRAND EST LA PARTICIPATION DU CNC

samedi 3 décembre 2016 à 11 h
au Cinéma Star Saint Exupéry
entrée libre, mais inscrivez-vous en répondant à ce mail, je retiendrai les 250 premières confirmations. (daniel.coche@orange.fr)



                                                                                   Photo Dora film

lundi 21 novembre 2016

Salariés de Sotralentz en mouvement, place Kléber, le 21 novembre 2016.Interview, photos et vidéos

Le Groupe SOTRALENTZ (1300 emplois dont 800 en France) est placé en Redressement Judiciaire depuis le 28 septembre 2016.

Lundi 31 OCTOBRE la Chambre Commerciale du Tribunal d’Instance Place d’Islande à Strasbourg tiendra une audience afin de faire un point sur la Trésorerie et de déclarer les dossiers des repreneurs qui ont jusqu’à demain pour déposer leurs offres.
 Le Tribunal se réunira ensuite le 21 novembre pour refaire un point et annoncer peut-être des décisions douloureuses comme chez la filiale SFAR où seuls 15 emplois ont été sauvegardés sur 93.
 Les salariés veulent maintenir leurs emplois sur les sites de Drulingen et de Sarralbe car les filiales sont viables : les carnets de commandes sont pleins !
  Les carnets de commande sont pleins, nous avons besoin d’un financement public temporaire et remboursable pour garantir la Trésorerie et donner du temps au processus de reprise.
   
Privé ou public, chacun(e) aura compris que la perspective d’avoir 700 chômeurs en Alsace Bossue ou en Moselle Est n’est pas envisageable et que nous devons nous mobiliser ensemble pour ne pas que la zone Drulingen Sarralbe devienne un nouveau désert sans industrie et sans services publics.

Lundi 21 novembre 2016, à 12 h 30 départ de la manifestation place Kléber STRASBOURG pour nous diriger jusqu’au Tribunal d’Instance (Place d’Islande), l’audience commencera à 14 h 30.

L’Intersyndicale appelle l’ensemble des élus locaux et les forces politiques progressistes à soutenir le mouvement en participant à la manifestation et en prenant la parole.

Intervention d'Elisabeth Mathis, déléguée syndicale (DS) chez Sotralentz, et de Jacky Wagner, représentant de l'UD CGT





                          Quelques photos de la manifestation


                      Défilé des salariés se rendant au tribunal



samedi 19 novembre 2016

Kehl : Manifestation contre le congrès régional du parti d'extrême droite AFD. Festiv'Alsace de la CGT à Ostwald

L'organisation d'extrême droite allemande AFD (Alternative pour l'Allemagne), porte-voix pour une politique raciste, tient son congrès régional à Kehl samedi 19 novembre 2016. 

Plusieurs organisations, correspondant à un très large panel de la gauche allemande, appellent à manifester à cette occasion, samedi 19 novembre à 8 h 30, devant la salle communale (Stadthalle) de Kehl. Il est important de montrer que nous n'acceptons ni le sexisme, ni le racisme, ni le nationalisme, ni l'antisémitisme, ni le programme néolibéral de l'extrême droite. Oui au vivre ensemble dans la diversité.

              Quelques photos du rassemblement


 Photos envoyées par nos camarades antifascistes allemands

http://www.bo.de/mediathek/bildergalerien/afd-landesparteitag-in-kehl   

       Vidéo du rassemblement sous une pluie battante


    Un début de manifestation sous le regard des policiers


   Interview de l'un des porte-paroles de Justice & Libertés 
                par une chaîne de TV allemande



Comme chaque année, l’Union Départementale CGT du Bas Rhin a organisé son Festiv’Als qui a eu lieu, cette année, au Centre Sportif et de Loisirs d’Ostwald, le Samedi 19 novembre 2016 de 13 h 30 à 19 h. Cet événement a pour ambition de réunir en un moment de convivialité toutes les forces anticapitalistes qui agissent pour la solidarité, la fraternité, l’égalité, la démocratie.

        Quelques photos de Festiv'Alsace à Ostwald



vendredi 11 novembre 2016

Strasbourg, le 11 novembre 2016. Non à l'arbitraire en Turquie. Manifestation à pour l'Etat de Droit en Turquie.

Suite à la tentative de coup d’Etat en juillet, force est de constater l'augmentation de dérives autoritaires en Turquie. Avec l’instauration de l’Etat d’exception, le régime présidentiel de RT Erdogan foule aux pieds l'Etat de droit, la séparation des pouvoirs et les libertés démocratiques.

Une vague de perquisition a eu lieu dans différentes villes de Turquie comme à Diyarbakir, Bingöl, Ankara ou encore Adana. Ces perquisitions ont abouti à la mise en garde à vue de 11 responsables politiques du «Parti Démocratique du Peuple» (HDP) dont les co-présidents du parti Selahattin Demitras et Fidan Yüksekdag.

Force est de constater que les dirigeants actuel de l'Etat , arrivés au pouvoir démocratiquement, sont décidés d'enterrer l'Etat de droit, en optant pour un Etat dictatorial.


Nous exprimons notre sympathie et notre soutien à tous ceux et toutes celles qui sont engagé-e-s pour la paix et la démocratie en Turquie car il faut défendre l’Etat de droit, les libertés et la laïcité.

                              Photos des manifestants



Discours de la représentante du Congrès des communautés démocratique du Kurdistan en Europe



                     Défilé des manifestants à Strasbourg

https://drive.google.com/file/d/0Bx4CaLMJthwIdEhiQU1lQm13d1U/view?usp=sharing

mardi 8 novembre 2016

Solidarité avec le peuple turc. Il faut défendre l’Etat de droit, les libertés et la laïcité.

Suite à la tentative de coup d’Etat en juillet, force est de constater l’augmentation de dérives autoritaires en Turquie. Avec l’instauration de l’Etat d’exception, le régime présidentiel de RT Erdogan n’a pas arrêté de durcir le ton.

La liberté de la presse, la liberté académique, l’indépendance de la justice ont été sacrifiées. Des milliers d’arrestations, des milliers de personnes suspendues ou licenciées, des médias censurés ou fermés, des attaques ciblées contre des étudiants, des syndicalistes, des journalistes, des minorités culturelles, religieuses, ethniques ou politiques, tels sont les grands traits de cette politique autocratique qui est menée depuis des mois maintenant. 

Nous exprimons notre sympathie et notre soutien à tous ceux et toutes celles qui sont engagé-e-s pour la paix et la démocratie en Turquie car il faut défendre l’Etat de droit, les libertés et la laïcité.

Nous appelons toutes les forces démocratiques à un : 
https://ssl.gstatic.com/ui/v1/icons/mail/images/cleardot.gif

Rassemblement Vendredi 11 novembre à 11 h Place de la Gare à Strasbourg

mardi 1 novembre 2016

Le néolibéralisme est un fascisme (point de vue d'une magistrate)

   Le néolibéralisme est un fascisme
                           CARTES BLANCHES MARDI 1 MARS 2016, 12H51


La carte blanche de Manuela Cadelli, présidente de l’Association syndicale des magistrats.
Le temps des précautions oratoires est révolu ; il convient de nommer les choses pour permettre la préparation d’une réaction démocrate concertée, notamment au sein des services publics.

Le libéralisme était une doctrine déduite de la philosophie des Lumières, à la fois politique et économique, qui visait à imposer à l’Etat la distance nécessaire au respect des libertés et à l’avènement des émancipations démocratiques. Il a été le moteur de l’avènement et des progrès des démocraties occidentales.
Le néolibéralisme est cet économisme total qui frappe chaque sphère de nos sociétés et chaque instant de notre époque. C’est un extrémisme.
Le fascisme se définit comme l’assujettissement de toutes les composantes de l’État à une idéologie totalitaire et nihiliste.
Je prétends que le néolibéralisme est un fascisme car l’économie a proprement assujetti les gouvernements des pays démocratiques mais aussi chaque parcelle de notre réflexion. L’État est maintenant au service de l’économie et de la finance qui le traitent en subordonné et lui commandent jusqu’à la mise en péril du bien commun.
L’austérité voulue par les milieux financiers est devenue une valeur supérieure qui remplace la politique. Faire des économies évite la poursuite de tout autre objectif public. Le principe de l’orthodoxie budgétaire va jusqu’à prétendre s’inscrire dans la Constitution des Etats. La notion de service public est ridiculisée.

Le nihilisme qui s’en déduit a permis de congédier l’universalisme et les valeurs humanistes les plus évidentes : solidarité, fraternité, intégration et respect de tous et des différences. Même la théorie économique classique n’y trouve plus son compte : le travail était auparavant un élément de la demande, et les travailleurs étaient respectés dans cette mesure ; la finance internationale en a fait une simple variable d’ajustement.

jeudi 27 octobre 2016

A propos de la manifestation des policiers

Nous publions le point de vue de Jean-Luc Mélenchon et de Philippe Poutou sur le "Mouvement des policiers".

Jean-Luc Mélenchon : http://melenchon.fr/2016/10/21/a-propos-manifestations-de-policiers/


Philippe Poutou : 

Insolites, les manifestations policières de ces derniers jours. Des manifestations interdites, sous des capuches et à visages cachés, c'est osé, car c'est exactement ce qui avaient reproché à des jeunes dans les manifestations contre la loi travail il y a quelques semaines... Insolite aussi la compréhension de ces médias qui nous parlent de la « colère » des policiers, de leur mal-être, de leur peur, alors qu'au printemps dernier, il était plus difficile d'y faire entendre la colère des cheminots ou des éboueurs... contre les violences policières ! Il semble donc difficile d'avoir de la compassion pour une corporation qui, il y a peu, frappait et gazait des dizaines de milliers de manifestants, allant parfois jusqu'à blesser ou défigurer certains d'entre nous.
 Mais il faut comprendre ce qui est train de se jouer sous nos yeux. Ces derniers temps, plusieurs policiers ont été agressés ou blessés, dont un de Viry-Châtillon est dans un état très grave, à l'évidence victimes d'attaques de personnes liées à la grande délinquance ou même au banditisme. Le malaise et le ras-le-bol sont donc réels, et nous ne sommes pas indifférents à ce qui se passe. Nous vivons dans une société de plus en plus violente : quartiers sinistrés, populations exclues par le chômage de masse, personnes qui sombrent dans la pauvreté. Et en partie liée à cette situation, une délinquance qui se développe avec son cortège de trafics, de violences, etc.
 Pour y faire face, les policiers demandent aujourd'hui des moyens supplémentaires : plus d'effectifs et plus d'armes, pour se protéger et pour mieux réprimer... Mais ils ne semblent pas comprendre - ou ne le veulent pas - que plus de moyens pour réprimer est totalement inutile, et même contre-productif. Car la violence de cette répression se retourne souvent contre eux et contribue à une escalade violente, voire meurtrière. L'intérêt des policiers, en tant qu'individus, devrait être de manifester pour plus d'éducateurs, plus d'enseignants, plus de services publics, contre les licenciements et le chômage, contre l'état d'urgence, pour plus de social et moins de pénal.
 S'ils étaient moins aveuglés par des syndicats de droite ou d'extrême droite, leurs revendications, plus constructives, les couperaient moins de l'ensemble de la population. A l'inverse, dans cette mobilisation, ils s'enfoncent dans leurs difficultés par une fuite en avant réactionnaire. L'urgence est bien d'en sortir en imposant des mesures sociales.
Bordeaux, le 21 octobre 2016

mardi 18 octobre 2016

Vigilance info n° 85 - octobre 2016 - 13e année




Sommaire :
1.  Extrême droite;
2.               Vivons-nous dans un état policier ?
3.               Où sont donc passées les valeurs humanistes ?

mardi 4 octobre 2016

Action devant la librairie Kléber, contre la campagne de haine de Nicolas Sarkozy

           La politique de clivage nuit à la cohésion sociale

Aujourd'hui, mardi 4 octobre 2016 à Strasbourg, Nicolas Sarkozy dédicace son livre de campagne présidentielle "Tout pour la France". Ce livre présente de nouvelles attaques contre nos concitoyens de confession musulmane, cibles des agressions verbales venant de l'extrême droite et de la droite décomplexée qui refusent la diversité au sein de la République.

Le même jour à 11 h 30, devant la librairie Kléber, nous avons diffusé un tract dénonçant la campagne clivante et raciste de Nicolas Sarkozy, en appelant au respect de la cohésion sociale.

Ci-dessous, quelques images et une courte vidéo de notre action.



lundi 3 octobre 2016

Communiqué de presse : La politique de clivage de Nicolas Sarkozy nuit à la cohésion sociale

Nous avons été choqués que la librairie Kléber propose d'énormes tas, dès l'entrée, des livres de Sarkozy, Buisson et Zemmour.

Pourquoi un tel étalage de livres réactionnaires, racistes et identitaires dont les auteurs ne cachent pas leur haine de l'islam et de nos concitoyens musulmans ? D'autant plus que les auteurs, adeptes "de l'union subtile du vieux fond indo-européenne et du christianisme", affichent ouvertement leur opposition à la diversité républicaine.





Justice & Libertés
       
Collectif de vigilance contre l’extrême droite
   et pour le respect de l'Etat de Droit
                                                                                                                                                      
                       justiceetlibertes2@gmail.com
                                            http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.com

                                Communiqué

                               Strasbourg, le 3 octobre 2016

          La politique de clivage nuit à la cohésion sociale

Mardi 4 octobre 2016 à Strasbourg, Nicolas Sarkozy dédicacera son livre de campagne présidentielle "Tout pour la France". Ce livre présente de nouvelles attaques contre nos concitoyens de confession musulmane, cibles des agressions verbales venant de l'extrême droite et de la droite décomplexée qui refusent la diversité au sein de la République.

Une élection présidentielle est l'occasion offerte aux candidats de présenter, avant tout, un projet répondant aux préoccupations immédiates des citoyens. Or, tous les sondages le montrent bien : c'est le chômage qui préoccupe nos concitoyens, inquiets de la montée de la précarité professionnelle, par l'incertitude sur l'avenir et le déclassement social.

Dans son projet économique, le candidat Nicolas Sarkozy prône une politique ultralibérale: il a été et reste pour la "rupture". Son projet de "rupture" économique s'accompagne, cependant, d'un projet de "rupture" sociale : haro sur la cohésion sociale, sur l'islam et les citoyens de confession musulmane. C'est un projet qui ignore la Constitution qui reconnaît la diversité ethnique et confessionnelle de la société dans son article premier.

La lutte contre l'islam radical prônée par Nicolas Sarkozy cache mal le prêche de haine contre cette religion qui, comme toutes les religions, dont le catholicisme, est traversé par différents courants. Mais le candidat Sarkozy ne s'arrête pas là. Car le "regroupement familial" est également visé, comme le durcissement de l'accès à la nationalité française ainsi que la réforme du droit du sol, la suspension de "toute aide sociale" pour les femmes portant le voile intégral. Demain, s'attaquera-t-il aux femmes juives portant une perruque ? Aux religieuses couvertes de haut en bas ?

La laïcité prône le vivre ensemble dans la diversité, y compris la diversité d'apparence. En empruntant systématiquement les thématiques de l'extrême droite le candidat Sarkozy s'éloigne dangereusement des principes républicains, le plus sûr moyen de garantir la cohésion sociale, et ouvre le boulevard d’une banalisation et d’une légitimation accrue des discours de haine et d’exclusion.


                                     Comité de vigilance du Collectif Justice & Libertés

dimanche 25 septembre 2016

Fête des associations en images et au son des percussions-25 septembre 216

          Strasbourg : Fête des associations en images et au                                 son des percussions

 Associations membres du collectif Justice & Libertés et                               associations amies


                   

                    
                  Journée de fête et de percussion



jeudi 22 septembre 2016

Journée Internationale de la Paix-Strasbourg le 21 septembre 2016

Intervention du représentant du Comité Départemental du Bas-Rhin du Mouvement de la Paix (MVP) :

Pour cette manifestation, nous déclarons publiquement :

- OUI à la Paix
- NON aux guerres
- NON aux fabrications et ventes d'armes

Plutôt que vendre des armes, la France, devenue le 2ème vendeur d'armes au monde, ferait mieux de fabriquer et de vendre des locomotives, par exemple…

OUI c'est la PAIX dont nous avons besoin, pas de guerre.
Non à l'OTAN, machine de guerre occidentale qui ne devrait plus exister, et NON au surarmement nucléaire pour lequel la France veut engager 50 milliards d'euros dans les prochaines années.

Album photos  du rassemblement et des intervenants du MVP à Strasbourg, mercredi 21 septembre 2016


Vigilance info n° 84-septembre 2016

Vigilance info n° 84 - septembre 2016


Sommaire :
1  1 .    Les braconniers des idées d'extrême droite.
    Les deux piliers de la pensée identitaires

2. L'état d'urgence permanent, brasier du racisme, menace l'État     de Droit

jeudi 15 septembre 2016

Strasbourg-manifestation du jeudi 15 septembre. Ne jamais abandonner !

Le message des manifestants du 15 septembres 2016 contre la loi "Travail": ne jamais abandonner !

Le texte a été promulgué en août 2016. Mais, les salariés continuent le combat jusqu'à l'abrogation de la loi ou pour empêcher son application.

Le combat continue sur tous les fronts, y compris juridique. C'est une question de justice sociale. Les conquêtes sociales ne sont pas négociables.



Photos des manifestants combatifs


              Organisations syndicales et politiques présentes à 
                             la manifestation strasbourgeoise :



                     Défilé des salariés contre la loi "Travail"



Vidéo du défilé :

https://drive.google.com/file/d/0Bx4CaLMJthwIQXcwTlhrQWRUSTg/view?usp=sharing

jeudi 1 septembre 2016

Lettre ouverte à M. Beretz, président de l'UDS

   
           
Justice & Libertés
Collectif de vigilance contre l’extrême droite
      et pour le respect de l'Etat de Droit
                                                                                                                                                      
                              justiceetlibertes2@gmail.com
                                                                       http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.com

            
    Lettre ouverte à Monsieur le Président de l'UDS
       
                            Strasbourg, le 1er septembre 2016

Monsieur le Président de l'Université de Strasbourg,

Dans une lettre adressée à vos collègues, vous les invitez à assister, vendredi 16 septembre prochain, à une rencontre exceptionnelle : "Corps - Esprit - Sciences : conversations avec le Dalaï Lama".

Voici ce qu'écrit Laurent DISPOT, rédacteur à la Règle du jeu à Libération, à propos du Dalaï Lama :

Par Laurent DISPOT, rédacteur à la Règle du jeu. — 25 avril 2008 à 03:13 (Libération)
En juillet 1938 (anniversaire en 2008), un SS champion d'alpinisme est vainqueur de la face nord de l'Eiger, en Suisse : une «première». Il s'appelle Heinrich Harrer. Le récit de son exploit, et sa photo avec Hitler, sont aussitôt diffusés massivement en Europe et dans le monde par la machine de propagande de Goebbels.
Il s'est inscrit à la SA en 1933, à la prise de pouvoir par Hitler (trois quarts de siècle en 2008). Passé à la SS, il est un favori du Reichsführer Heinrich Himmler.
Quelques mois après, autre «première» : ses camarades SS et lui-même sont vainqueurs des synagogues brûlées et des familles juives terrorisées, sur tout le territoire de l'Allemagne, lors de ce qu'ils nomment par dérision «la nuit de Cristal», le 9 novembre 1938.
Pendant que les Juifs passent à la nuit et au brouillard, Harrer est investi d'une mission par Hitler et Himmler en personnes : s'infiltrer au Tibet, en accord avec les ministres régents du dalaï-lama enfant, pour devenir précepteur de celui-ci. En pleine guerre d'agression contre la Chine japonaise, il s'agit de conquérir Lhassa comme nœud stratégique sur l'axe Berlin-Tokyo.
2008 est l'anniversaire de la «reconnaissance» par Hitler en 1938 de la stratégie de morcellement de la Chine menée par le Japon. Autrement dit la Mandchourie occupée par l'envahisseur fasciste.
Heinrich Harrer a accompli sa mission de confiance hitlérienne, malgré la défaite militaire de1945, en la transformant en un logiciel pseudo «spirituel» installé dans des têtes affamées de servitude.
Son rapport de mission, Sept ans au Tibet, était bourré de mensonges grossiers et de fascination pour le «Führerprinzip» impitoyable du théocratisme lamaïque. Il a été transformé en film de propagande mondiale, en 1997, par le cinéaste français Jean-Jacques Annaud. Sept ans au Tibet, produit à Hollywood n'était qu'un «Bienvenue au nazi chez les Tibétains» avec dans le rôle du «gentil SS» un Brad Pitt aux cheveux très blonds, aux yeux très bleus, assorti de tout plein de beaux drapeaux à croix gammée.

A la mort de Harrer en 2006, et encore ces jours-ci, le dalaï-lama a diffusé de ce SS une apologie sans réserves : c'est-à-dire sans les mots «nuit de Cristal», «Himmler», «Hitler», «Juifs». Où qu'un SS ait été en mission, il était à Auschwitz. Il n'y a pas de «voie médiane» entre les Juifs martyrs dès 1938 et le champion nazi de 1938 encensé par le dalaï-lama en 2008.
L'«Océan de Sagesse» ne doit pas servir à noyer le poisson de la mémoire et de l'histoire : à relancer en contrebande le «Hitler connais pas» et «la Shoah détail de la Seconde Guerre mondiale». Le négationnisme n'est pas soluble dans les neiges éternelles. Le maître (spirituel) a eu ce maître (d'école). Il lui reste fidèle. Il y met son honneur. Sur le ceinturon des SS figurait la devise : «notre honneur est notre fidélité». Le dalaï-lama met, depuis soixante ans, son point d'honneur à ne pas parler de la mission au Tibet confiée en 1938 à son précepteur par Hitler et Himmler, ni des motifs mystiques, racistes et stratégiques de cette mission.

Il pourrait invoquer son enfance, regretter d'avoir été manipulé par un plan des nazis et de leurs alliés japonais : ceux qui violaient Paris, Oradour, Tulle ; ceux qui violaient Nankin. Au lieu de cela, il traite la destruction des Juifs d'Europe de rétribution, forcément juste, de fautes antérieures : il jette la Shoah à la poubelle du «karma». Et il ne cesse de ressasser son remerciement à un SS d'avoir été son «initiateur à l'Occident et la modernité» .

En acceptant ce discours, des Occidentaux et des modernes se font citoyens du déshonneur. »
Nous constatons et dénonçons le fait que vous vous désolidarisez des valeurs du siècle des Lumières et de la Révolution française portées par l’Université de Strasbourg dont vous êtes encore le Président.

Veuillez recevoir, Monsieur le Président, nos sincères salutations.

samedi 20 août 2016

Communiqué du MRAP, comité local. Halte aux agressions antisémites

Comité de Strasbourg
Maison des associations 1a, place des Orphelins 67000 Strasbourg
Site et contact : mrap-strasbourg.org
Tél. : 06 78 29 73 43

   Strasbourg : Halte aux agressions antisémites !

C'est avec stupéfaction que nous avons appris qu'un homme de 62 ans portant une kippa a été agressé à l’arme blanche le 19 août près du centre-ville de Strasbourg. Notre pensée va d'abord à la victime, à qui nous souhaitons le meilleur rétablissement possible, ainsi qu’à sa famille. Nous leur faisons part de toute notre sympathie. 

Au-delà des antécédents psychiatriques très graves de l'agresseur, la nature antisémite de cet acte est avérée. 

Le comité de Strasbourg du MRAP condamne l’antisémitisme et plus généralement le racisme, quel qu’il soit, et d’où qu’il vienne. Il agit, autant qu’il peut, contre tout amalgame et pour l’amitié entre les peuples.  

Strasbourg, le 20 août 2016